4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 10:57


Après 44 jours de grève générale en Guadeloupe, un accord répondant aux principales revendications a été signé permettant la reprise de l'activité.

C'est une victoire des exigences de reconnaissance, de justice, d'égalité, face à des pratiques du patronat local qui s'apparentent toujours à l'exploitation coloniale. C'est une victoire de la ténacité et de la solidarité face à la stratégie de pourrissement et de répression tentée par Sarkozy et Fillon qui craignent la contagion revendicative en métropole.

C'est une leçon d'action syndicale et sociale qu'ont donné les travailleurs guadeloupéens et leurs organisations regroupées dans le collectif LKP.

Ils ont su réaliser l'unité de toutes les organisations syndicales et sociales autour d'une plateforme revendicative ambitieuse abordant - au-delà des salaires et du pouvoir d'achat - tous les aspects de la vie quotidienne.

Ils se sont ainsi donné les moyens d'une large mobilisation et d'un rapport de force conséquent nécessaires pour obtenir satisfaction face à un patronat avide de profit et un pouvoir politique complice.

Ils ont poussé jusqu'au bout les négociations avec le souci d'éviter les manœuvres de diversion et d'intimidation, comme cette pitoyable tentative du préfet appelant à la reprise du travail alors que l'accord n'était pas encore finalisé.

« Aujourd'hui, c'est la lutte qui paye, mais il faut rester mobilisés car il y a beaucoup d'autres combats à mener... » a déclaré Elie Domota. En effet, l'application réelle d'un accord aussi important avec pas moins de 165 articles appelle une vigilance dans la durée. Par ailleurs, sur les salaires, du fait du refus de signature du MEDEF et de la CGPME, l'application à toutes les entreprises affiliées à ces deux organisations est soumise à la procédure d'extension qui relève du Ministre du Travail. La pression doit continuer pour que ce dernier ne fasse pas traîner les choses. Enfin de profonds changements seront encore nécessaires pour que les exigences d'égalité de la République bousculent définitivement les restes de l'héritage colonial.

La lutte se poursuit depuis quatre semaine en Martinique, cette victoire ne peut que les encourager à persévérer. Notre solidarité doit les aider à gagner aussi. La journée nationale de grève et de manifestations du 19 mars sera l'occasion de faire entendre les exigences communes du monde du travail face à la crise. Le Parti de Gauche appelle à y participer massivement.

Publié par PG 45 - dans Mobilisations - Luttes - Syndicalisme

Rejoignez nous !

Adhérer - Contacter - Forum

adhesion.png

Pour nous contacter dans le Loiret : cliquez ici

Pour rejoindre le forum
(réservé aux adhérents 45) : cliquez ici